Aller au contenu. | Aller à la navigation


  Tout savoir sur le MRAP Communiqués officiels Activités locales Contact ENGLISH  
Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Citoyenneté « Indigènes » : Un film, au nom de leurs pères, des banlieues et de l’avenir.

« Indigènes » : Un film, au nom de leurs pères, des banlieues et de l’avenir.

<br>
<br>Un film va sortir sur les écrans dans les jours qui viennent. Indigènes,
couronné au Festival de Cannes, rappelle l’engagement des soldats
africains dans la guerre contre le fascisme nazi de 1939-1945,
principalement entre 1943 et 1945. Parmi les soldats engagés dans la
campagne d’Italie ou qui avaient débarqué en Méditerranée, on comptait
112 000 « indigènes » sur les 214 000 de la Première armée de De Lattre,
7 000 parmi  les 18 000 soldats de la 2ème DB du Général Leclerc ;
l’effort de mobilisation avait porté sur 150 000 Algériens, 85 000
Marocains, 46 657 Tunisiens. Africains, Antillais et Malgaches auraient
fourni 113 000 hommes aux régiments coloniaux de 1942 à 1945. L’amiral
Sanguinetti a pu dire : « Les Africains ont libéré la France. » Tout au
long de la remontée de cette armée, de l’Italie aux Vosges et jusqu’en
Allemagne, ces Africains sont tombés par milliers et par dizaines de
milliers, à Zaghouan en Tunisie, en Italie à Garigliano, à Cassino où le
4ème Régiment de Tirailleurs Tunisiens fut anéanti, devant Sienne et
Florence et dans les Vosges. Dans tout l’Est de la France, les
cimetières militaires témoignent de leur sacrifice, rejoignant  le
sacrifice de milliers et de milliers d’autres Africains tombés pendant
la guerre de 1914-1918.
<br>
<br>L’évocation de ces hommes suscite chez leurs enfants ou petits enfants
une émotion indicible devant les injustices subies et les refus de
reconnaissance de leur mémoire. En 1945, les Anciens, les survivants des
batailles, furent honteusement interdits de participer au défilé sur les
Champs-Elysées. Mais il y eut pire dans la volonté délibérée d’oubli des
sacrifices consentis. Le 26 décembre 1959, à l’approche de la
décolonisation, le gouvernement français et le Parlement, ont osé
décider la cristallisation, c’est-à-dire le gel des pensions des anciens
combattants ex-colonisés à la date de l’indépendance de leurs pays
respectifs, si bien que les montants perçus sont, depuis cette date,
restés fixes tandis que les pensions des anciens combattants français
bénéficiaient d’année en année d’une augmentation. Qu’on imagine le
préjudice subi pendant plus de 40 ans, au bénéfice du Trésor français :
le prix d’une sanction pour être devenu citoyen d’un pays qui a cru au
droit de disposer de lui-même. Ce gel des pensions signifie que la vie
d’un soldat français a plus de valeur – au sens économique et éthique du
terme – que celle d’un soldat indigène.
<br>
<br>Suite au recours d’un sergent-chef sénégalais, le Conseil d’Etat,
rejetant une inégalité de traitement fondée sur la nationalité par un
arrêté du 30 novembre 2 000, rétablissait les anciens combattants
ex-colonisés dans leur droit avec rattrapage des années perdues. Mais
deux gouvernements successifs ont, à nouveau osé chercher comment ils
pouvaient éviter une telle dépense, quoi qu’entre temps deux tiers de
ces anciens combattants de la liberté avaient perdu la vie. C’est ainsi
que la revalorisation des pensions calculée à partir « des parités de
pouvoir d’achat  publiées annuellement par l’ONU » se monte à 20% par
an. Si bien que dans certains pays comme le Sénégal l’augmentation
serait à peine supérieure à 15 euros par mois.
<br>
<br>Après avoir assisté à la projection du film en présence des principaux
acteurs, M. Chirac aurait annoncé une nouvelle revalorisation des
pensions. Des survivants interviewés par des chaînes de télévision
disent ne pas croire à cette nouvelle éventualité, tellement ils sont
habitués aux promesses non tenues qui les ramènent toujours à leur
infériorité d’ « indigènes ». Un ministre  a cru bon de souligner à
nouveau l’importance du coût d’une revalorisation pour l’Etat, oubliant
de rappeler que depuis la cristallisation – depuis plus de quarante ans,
- les deux tiers des anciens combattants africains sont décédés, ce qui
donne la mesure d’une injustice irrécupérable, oubliant aussi
l’importance de l’économie réalisée par le Trésor public.
<br>
<br>Le MRAP qui depuis de nombreuses années dénonce le mépris subi par ceux
qui nous ont libéré du fascisme entend se mobiliser pour en finir avec
une inégalité aux relents coloniaux
<br>Au nom de la réhabilitation de la Mémoire de milliers et de milliers
d’hommes qui ont combattu pour la liberté, la nôtre, et celle des leurs,
au nom de l’humiliation ressentie par leurs enfants ou petits-enfants
pour ce déni de justice et qui en appellent à la Mémoire de leurs pères,
au nom aussi d’un enchaînement des discriminations de génération en
génération subies aujourd’hui dans la relégation dans les cités,
relégation assimilée à une criminalisation des pauvres, l’heure ne
saurait être à la tergiversation mesquine. Il n’est plus possible
d’invoquer désormais l’oubli car, grâce en particulier à ce film qui
suscite une énorme émotion, personne ne pourra plus dire qu’il n’est pas
au courant. Rappelons à titre d’exemple, parmi beaucoup d’autres ce
constat : 29% des jeunes nés de parents étrangers ont un emploi un an
après l’acquisition d’un diplôme contre 54% des jeunes  dont les deux
parents sont nés en France.
<br>
<br>Le MRAP poursuivra son action jusqu’à la reconnaissance des droits avec
une détermination politique. Il appelle tous les hommes politiques, les
forces syndicales, les associations, les citoyens à participer à ce
combat pour la justice et de la Mémoire. Il invite ses comités, ses
adhérents, ses partenaires à rappeler ces exigences devant les salles de
cinéma où ce film sera projeté. Il ne s’agit pas seulement d’une
régularisation du passé : il s’agit de l’avenir des pays des Anciens
Combattants, pays qui continuent, pour beaucoup d’entre eux, d’être
appauvris par l’enrichissement des riches de l’Occident au moyen d’une
dette inique et usuraire.
<br>
<br>Au nom de leurs pères, des banlieues et de l’avenir.
<br>
<br>Paris, le 26 septembre 2006.
<br>
<br><span class="moz-txt-tag">

Actions sur le document
Activités locales
vie-cl.jpg
carte-cl.jpg

liste-cl.jpg

« Décembre 2017 »
Décembre
LuMaMeJeVeSaDi
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Adhérez au MRAP

carte-adherent-portlet.jpg

Adhérez au MRAP

Différences
MRAP_DIFFERENCES_286-vignette.jpg
N° 286

Voir le sommaire


MRAP_DIFFERENCES_285-vignette.jpg
N°285

Voir le sommaire

Archives Différences

MRAP_DIFFERENCES_284-vignette.jpg
N°284

Archives

Mumia Abu-Jamal
Affiche-Mumia-Abu-Jamal.jpg
Vidéos

daylimotion.png

Canal vidéo du MRAP national

youtube.png

Canal vidéo de la Fédération des Landes

Si le canal vidéo de votre comité local ne s'affiche pas ici, contactez le siège du MRAP pour que nous insérons un lien ici