Aller au contenu. | Aller à la navigation


  Tout savoir sur le MRAP Communiqués officiels Activités locales Contact ENGLISH  
Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Contre le racisme sous toutes ses formes Antisémitisme en Europe, la nouvelle vague d'une vieille plaie

Antisémitisme en Europe, la nouvelle vague d'une vieille plaie

— Mots-clés associés :

Nous faisons face en Europe à une vague d’antisémitisme puissante, multiforme, diversifiée. Vieil ou nouvel antisémitisme ? Spécificité française ou vague européenne et mondiale ? Lien exclusif avec Israël et Palestine ou autres motifs ? Cette analyse doit être faite, sans amalgames et sans minimiser la gravité de la situation. Il ne s’agit certes pas de la première vague antisémite sur le continent européen : c'est en Europe, sous les auspices de l'antijudaïsme catholique, qu'ont été forgés le terme et le concept de ghetto, la rouelle puis l’étoile jaune, l'expulsion systématique des Juifs, la conversion forcée et les massacres, l'Inquisition. C'est en Europe qu'est né l'antisémitisme moderne, c'est en Europe qu'a été rédigé et répandu le protocole des sages de Sion, c’est en Europe et au nom de l'Europe qu'a eu lieu le génocide nazi appuyé sur la collaboration des différents États et partis qui voulaient une «Europe nouvelle ». On comprend donc qu’une parole antisémite revêt une signification particulière lorsqu’elle est proférée dans l’aire de la Shoah et qu’un acte violent antisémite fait écho à l’apocalypse nazie. Pour retracer l’histoire de l’antisémitisme européen, on peut remonter aux croisades et à la vague de massacres de Juifs qui les accompagnèrent ou aux expulsions dont celle de 1492 en Espagne ; plus près de nous à l’époque moderne rappelons la vague des années 1880 partie d’Allemagne avec la «pétition antisémite des 250 000 » et qui atteignit la Russie, l’Autriche, avec notamment l’élection de Kluger comme maire de Vienne sur un programme antisémite, et bien sûr la France avec l’affaire Dreyfus. Notons à ce sujet la force de l’antisémitisme dans l’Algérie coloniale, notamment après le décret Crémieux et en écho à l’affaire Dreyfus : l’agitateur antisémite emblématique Edouard Drumont y est élu député, de nombreux pogroms et massacres y ont lieu. Après la première guerre mondiale vient la grande vague qui aboutit à l’apocalypse génocidaire nazi. Aucune de ces vagues, y compris avant l’époque moderne, n’est «spontanée» elles sont toutes le fruit d’une agitation politique portée par des forces réactionnaires. Même après le cataclysme nazi il y a plusieurs vagues antisémites en Europe : en 1946, lors des purges et procès staliniens des années 50 et en 67/68 en Pologne, la vagues des graffitis antisémites de l’hiver 59/60, puis de nouveau en 90/92 La nouveauté de la situation actuelle est en addition de la traditionnelle propagande antisémite de l’extrême droite, la part croissante constituée par des actes et agressions antijuives commises par des jeunes issus de l’immigration et le lien avec la situation au Moyen Orient. Dans plusieurs pays d’Europe on retrouve cette répartition de fait : Le cadre politique et les thèmes de propagande, notamment négationniste, sont issus de l’extrême droite ; « les chambres à gaz sont un détail de l’histoire » proclame Le Pen. Cette propagande utilise intensément Internet ; les forces d’extrême droite pratiquent aussi les profanations de cimetières juifs, les graffitis néo-nazis, les courriers insultants et menaçants à l’égard de personnes ou d’institutions juives. Ces thèmes négationnistes et l’assimilation des juifs et des israéliens aux nazis sont repris dans des cassettes et sur des sites islamistes radicaux. Des attaques de synagogues et agressions physiques de personnes juives sont le fait de jeunes issus de l’immigration maghrébine. La mouvance Al Qaïda commet des attentats antijuifs (Istanbul). On a ainsi une sorte de cercle vicieux. L’antisémitisme européen moderne, symbolisé par le pseudo- protocole des sages de Sion, à été expédié vers le monde arabe et musulman dès la fin du 19ème siècle, notamment par le biais des intellectuels arabes chrétiens, puis tout au long du 20ème siècle notamment par les génocidaires nazis et leurs épigones négationnistes. Revient maintenant vers le vieux continent par les médias arabes et la propagande radicale islamiste La production antijuive européenne continue de bien s'exporter. Les antisémites, qui agissent avec le succès que l’on sait dans le monde arabe et musulman, puisent largement dans les ressources infinies de la production européenne. Les négationnistes européens et particulièrement français sont de véritables vedettes dans de nombreux pays arabes. Garaudy est un héros, financé et soutenu par les États, notamment syrien et iranien, si généreux envers tous les groupuscules néonazis et négationnistes . La télévision Al-Jazira invite Robert Faurisson, les islamistes jordaniens invitent Garaudy et Pierre Guillaume, «libre penseur» de la "Vieille Taupe" pour combattre "la normalisation avec Israël" . Mohammed Latrèche chefaillon du PMF organise des meetings avec Serge Thion, négationniste véritablement enragé. J’insiste sur ce point car nous avons sans doute sous estimé l’impact de Garaudy et de ses acolytes. L’aspect le plus tragique de ce phénomène est la reprise d’arguments d’extrême droite par ceux qui en aussi sont les cibles

Esquisse d'une typologie européenne : le poids de l'histoire Dans les pays européens à forte tradition antisémite ( France, Russie, Autriche, Roumanie, Pologne, Hongrie, Suisse, Grèce), on retrouve aujourd'hui un discours antisémite structuré par des partis politiques qui ont réalisé des percées importantes. Ceux qui le portent se situent dans la mouvance d'extrême droite rebaptisée "populiste". A intervalles réguliers, des personnalités très médiatisées apportent leur contribution à cette propagande. L'exemple le plus connu est celui de l'abbé Pierre, symbole du dévouement social et quasiment sanctifié de son vivant, qui a accumulé les déclarations antisémites et négationnistes les plus vulgaires sans que cela ne nuise durablement à sa popularité ou plus récemment le multirécidiviste Dieudonné. En Allemagne, c’est le dirigeant libéral Moellman, puis un député démocrate-chrétien de droite accompagné d’un général ou l’écrivain Martin Walser ; en Grèce c’est Theodorakis….

Par contre, certains pays européens ont, pour différentes raisons, une faible tradition antisémite moderne : Angleterre, Scandinavie, République tchèque, Italie, Espagne, Hollande Les partis de droite radicale qui s'y développent ne portent pas la dimension antijuive caractéristique des pays à forte tradition antisémite. L'Allemagne est un cas particulier, pour des raisons historiques évidentes : une tentative d'éducation contre le nazisme et l'antisémitisme y a été menée. Elle semble aujourd'hui ébréchée et fragilisée, à la merci d'une radicalisation de forces de droite significative. Substance du discours antisémite en Europe a) Au-delà du négationnisme intégral, la relativisation du génocide joue un rôle crucial : selon les antisémites, c'est une vieille histoire, les juifs l'ont d’ailleurs inventée, en tirent abondamment profit financièrement par les réparations ; ils se débrouilleraient trop bien dans leur statut de victimes et agiraient comme des nazis à l'encontre des Palestiniens C'est un enjeu de brouillage important, et c'est pourquoi il faut absolument rejeter ce type de glissement qui assimile la répression meurtrière et le crime de guerre à un génocide. 2) Le thème de la mondialisation ou du "mondialisme" demeure un grand classique. Ainsi le "populiste" italien Bossi dénonce : La mondialisation c'est du fascisme... Haider veut maîtriser l'immigration; lui au moins prend le taureau par les cornes. Ce sont les grands financiers, une quarantaine ou une cinquantaine au maximum, qui veulent nous imposer les immigrés au nom de la mondialisation. C'est cela aujourd’hui le fascisme, cet anéantissement des peuples. Ceux qui tirent les ficelles sont les petits-fils des véritables mandataires du fascisme et du nazisme d'autrefois... et il dénonce «les banquiers juifs américains qui tirent les ficelles de la mondialisation » On retrouve le "lobby immigrationiste et mondialiste" cher à Le Pen. Dans la fantasmagorie antisémite et nazie, les Juifs ont été accusés de vouloir détruire la société par les deux voies a priori opposées du capitalisme et du communisme, également "apatrides". Romain Marie, dirigeant du courant catholique intégriste du FN, déclare: "Les Juifs sont au centre de nos débats contemporains : Marx et Rothschild sont un peu les deux faces de la même médaille..." . Ainsi le mouvement pour l'altermondialisation, dont une des figures marquantes est Naomi Klein, auteur de No logo, qui revendique sa judéité, pourrait représenter l'autre face de la médaille du "complot destructeur". Au passage Naomi Klein met en garde contre les dérives antisémites présentes dans certains réseaux se réclamant de l’altermondialisme, et contre la propagande de ce type diffusée sur le réseau Indy media . Que faire ? On hésite souvent à relever et à combattre les propos et écrits antisémites par peur de paraître intolérant, ridicule, pathétique, obsédé ou dans un mouvement de gêne en rapport avec la situation en Israël et Palestine. C’est pourtant une dimension centrale de la lutte contre le racisme et l’extrême droite Pas de tolérance ; chacun doit faire le ménage d’abord dans son propre camp. Nous à gauche bien sûr, comme le dit P.Corcuff militant de la LCR critiquant (dans Le Monde du 11 janvier 2004) son organisation en raison d’ « une certaine timidité dans la lutte contre la recrudescence de la judéophobie (témoignant des résistances à mener le combat quand des opprimés sont à l’origine de saloperies) » mais aussi dans la droite dite républicaine qui se donne le beau rôle tout en abritant en son sein ceux qui ont mis en œuvre et maintiennent des alliances avec le FN et même dans les franges aberrantes de la communauté juive qui peuvent considérer que le FN est un moindre mal. La lutte contre l’antisémitisme, de même que la lutte d’ensemble contre le racisme dont elle est une partie, ne peut pas accepter de demi-mesures et d’accommodements Il nous faut inlassablement rechercher et expliquer les causes du génocide nazi, en même temps qu’est décrite son atrocité. Car l’apocalypse exterminatrice qui a marqué ce triomphe de la réaction se perpétue à travers la haine antijuive ressurgissant des profondeurs de notre continent.

Albert Herszkowicz, membre de l’association Mémorial 98. Cette association, qui combat contre le racisme, l’antisémitisme et le négationnisme existe depuis 1998. Son nom fait référence aux premières manifestations contre l’antisémitisme organisées en 1898, pendant l’affaire Dreyfus, par des ouvriers socialistes et révolutionnaires parisiens. Mémorial 98, 7 Rue Bernard de Clairvaux 75003 Paris. E-mail : memorial98@noos.fr A signaler la parution récente du livre « L’histoire trouée négation et témoignage » sous le direction de C.Coquio édition l’Atalante comportant un texte d’Albert Herszkowicz

Actions sur le document
Activités locales
vie-cl.jpg
carte-cl.jpg

liste-cl.jpg

« Octobre 2017 »
Octobre
LuMaMeJeVeSaDi
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031
Adhérez au MRAP

carte-adherent-portlet.jpg

Adhérez au MRAP

Différences
MRAP_DIFFERENCES_286-vignette.jpg
N° 286

Voir le sommaire


MRAP_DIFFERENCES_285-vignette.jpg
N°285

Voir le sommaire

Archives Différences

MRAP_DIFFERENCES_284-vignette.jpg
N°284

Archives

Mumia Abu-Jamal
Affiche-Mumia-Abu-Jamal.jpg
Vidéos

daylimotion.png

Canal vidéo du MRAP national

youtube.png

Canal vidéo de la Fédération des Landes

Si le canal vidéo de votre comité local ne s'affiche pas ici, contactez le siège du MRAP pour que nous insérons un lien ici