Aller au contenu. | Aller à la navigation


  Tout savoir sur le MRAP Communiqués officiels Activités locales Contact ENGLISH  
Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Contre le racisme sous toutes ses formes Courbevoie : Procès Chagnon

Courbevoie : Procès Chagnon

— Mots-clés associés :

Au mois d’octobre 2003, des parents d’élèves de 5ème du collège Georges-POMPIDOU de Courbevoie ont protesté auprès du Principal et du Rectorat de Versailles après la découverte d’un résumé dicté par Monsieur CHAGNON, professeur d’histoire de leurs enfants qui affirmait en substance que :

« Mahomet va se transformer en voleur et en assassin... il va imposer sa religion par la terreur...il fait exécuter 600 à 900 juifs par jour. »

La persistance du silence de l’administration a conduit le MRAP et également la Ligue des Droits de l’Homme à s’adresser au Procureur de la République de Nanterre pour lui demander d’engager les poursuites à l’encontre de Monsieur Louis CHAGNON professeur d’histoire géographie.

Faute de réaction rapide, le MRAP avait dû engager une citation directe devant le Tribunal, considérant que les propos tenus relevaient de la diffamation et de la provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence raciale. Mais l’administration décidait d’agir et selon le rapport d’inspection estimait qu’il était « inadmissible que quelqu’un qui prétend enseigner l’histoire se permette de porter des jugements de valeur dans des termes indignes de la responsabilité qui lui est confiée. », estimant également qu’il s’agissait « d’une déclaration raciste, véritable faute professionnelle dans l’école de la république. » (sic).

La Commission paritaire, se prononçait pour un blâme par une écrasante majorité de 33 voix « pour », 3 voix « contre » et 2 « abstentions ».

Compte tenu de cette sanction le MRAP annonçait le 10 février 2004 son intention de mettre un terme aux poursuites qui avaient été engagées « estimant que l’Education Nationale avait enfin répondu à ses attentes » et précisant que « le mouvement souhaitait intervenir avec les enseignants qui le souhaitent dans les classes de collèges de Courbevoie lors de la semaine d’éducation contre le racisme (17-23 mars 2004) ».

Le communiqué du MRAP concluant : En effet, pour MRAP l’éducation reste un des moyens les plus sûrs de la lutte contre le racisme ».

C’est ce communiqué repris par l’AFP le 12 février 2004 qui donne alors l’occasion à Louis CHAGNON d’engager des poursuites contre Mouloud AOUNIT, Jean-Claude DULIEU et le MRAP, considérant que le communiqué était attentatoire à son honneur et à sa considération puisqu’il présentait le procès intenté par le MRAP et implicitement sa condamnation comme un fait acquis dont la mise en œuvre serait devenue inutile en l’état du blâme prononcé à son encontre par son administration.

C’était là une excellente occasion pour Monsieur CHAGNON d’instrumentaliser la justice et de ranimer son comité de soutien battant monnaie pour soutenir ce professeur victime du « terrorisme intellectuel que le MRAP entendait faire régner ».

Au cours des débats, Monsieur Kamel ZMIT, président du comité de parents d’élèves, médecin, bien loin d’une pratique religieuse, était venu décrire le cauchemar qu’il avait vécu, les menaces qu’il avait subies, une grande partie de la presse le présentant comme un radical islamiste.

Le 24 mars dernier, le Tribunal a rejeté fermement les prétentions de Louis CHAGNON en considérant en substance que ses propos étant pour l’essentiel établis, il n’était pas contestable que l’emploi des mots choisis tel que « voleurs », « assassin » « terreur » appliqués au prophète Mahomet et donnés pour l’essentiel à retenir dans le cadre d’un cours sur le monde musulman, dispensé à des élèves en classe de 5ème et âgés d’une douzaine d’années, a pu naturellement alarmer des parents et puis le MRAP dès lors que cette association s’assigne pour objectif parmi d’autres de favoriser la connaissance mutuelle, la compréhension et l’amitié entre les peuples d’origines différentes comme entre tous les peuples, objectif qu’un tel enseignement a pu lui paraître de nature à compromettre ».

La bonne foi du MRAP a donc été légitimement reconnue et affirmée par le Tribunal qui a condamné par ailleurs Monsieur CHAGNON à payer à Monsieur Kamel ZMIT, une somme de 500 €..

Monsieur CHAGNON, qui se veut le héraut d’une résistance à l’intégrisme musulman dont le MRAP se trouverait être selon sa thèse l’un des instruments ( !), avait incité son comité de soutien à venir massivement lors du procès, au prétexte qu’il fallait s’attendre « à ce que le MRAP délègue un grand nombre de ses membres en utilisant les réseaux islamistes » (sic), vient de saisir la Cour d'Appel d’un recours, démontrant ainsi sa persistance à continuer un faux débat puisque le MRAP n’a jamais été le défenseur des religions et s’est toujours affirmé comme un mouvement de lutte contre le racisme sous toutes ses formes : la nuance est ici d’importance.

Gérard Taïeb, avocat

Actions sur le document
Activités locales
vie-cl.jpg
carte-cl.jpg

liste-cl.jpg

« Avril 2017 »
Avril
LuMaMeJeVeSaDi
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Adhérez au MRAP

carte-adherent-portlet.jpg

Adhérez au MRAP

Différences
MRAP_DIFFERENCES_286-vignette.jpg
N° 286

Voir le sommaire


MRAP_DIFFERENCES_285-vignette.jpg
N°285

Voir le sommaire

Archives Différences

MRAP_DIFFERENCES_284-vignette.jpg
N°284

Archives

Mumia Abu-Jamal
Affiche-Mumia-Abu-Jamal.jpg
Vidéos

daylimotion.png

Canal vidéo du MRAP national

youtube.png

Canal vidéo de la Fédération des Landes

Si le canal vidéo de votre comité local ne s'affiche pas ici, contactez le siège du MRAP pour que nous insérons un lien ici