Aller au contenu. | Aller à la navigation


  Tout savoir sur le MRAP Communiqués officiels Activités locales Contact ENGLISH  
Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Contre le racisme sous toutes ses formes Que penser de la montée de l'antisémitisme en France

Que penser de la montée de l'antisémitisme en France

— Mots-clés associés :

Par une autre voix juive

  • Qu'est-ce qu'une autre voix juive?

Une autre voix juive (UAVJ) est un manifeste signé par plus de mille citoyens français juifs ou d'origine juive. C'est la preuve d'un fort courant d'opinion parmi les citoyens juifs de ce pays, qui ne se reconnaissent pas dans les positions actuelles de la direction du CRIF, favorables à la politique israélienne.

  • Quelle est la position d'UAVJ sur le conflit israélo-palestinien?

UAVJ se prononce pour une solution négociée, respectant les droits nationaux israéliens et palestiniens, fondée sur les résolutions de l'ONU.

Le conflit du Proche-Orient est d'une complexité inédite. Tout recours à des analogies mène à l'impasse. Quelle que soit la légitimité de l’indignation suscitée par la politique du gouvernement israélien, cette politique ne peut se comprendre par référence à du « déjà vu ».

Le conflit met aux prises un Etat reconnu internationalement avec un peuple privé du droit à son Etat – droit également internationalement reconnu –: cette réalité politique incontestable ne permet toutefois pas de comprendre pourquoi une telle situation peut perdurer. Les appuis politiques dont jouirent les débuts de la politique israélienne dans le contexte de l’époque permettent de placer des repères historiques, ils ne peuvent constituer des clés pour la comprendre aujourd'hui.

La révolte devant la souffrance du peuple palestinien est légitime.

Mais il se trouve que pour une partie importante de l’opinion publique mondiale, le peuple israélien concentre dans son identité nationale, dans ses origines, dans une large fraction de son peuplement, un héritage historique européen de discriminations, de flambées antisémites meurtrières s’étendant sur des siècles et culminant avec le génocide nazi. Même si nombreux sont ceux, en particulier dans l’opinion juive, qui considèrent qu’Israël n’est pas le dépositaire de l’histoire juive, une représentation majoritaire s’est imposée, qu’on la partage ou non.

La politique israélienne actuelle exploite cette donnée qui structure à juste titre les représentations contemporaines de ce que l’on nomme civilisation.

Cette dimension donne au conflit du Proche –Orient son caractère irréductible: tout ce qui peut conduire à penser que la réalisation des droits palestiniens peut s’accommoder d’une mise en cause de l’existence de l’Etat d’Israël ne peut que détourner de la lutte pour en finir avec une situation dans laquelle « des combattants des deux bords perdent leur âme ».

L’action pour les droits nationaux palestiniens doit être menée en prenant en compte l’entière complexité politique, symbolique, psychologique, humaine, du conflit.

Elle doit prendre en compte, sans discrimination, les souffrances, les solidarités et les aspirations légitimes, les angoisses de qui se soucie de la sécurité et des droits nationaux des deux peuples.

Comment pourrions nous, en France, être en deçà de la lucidité des pacifistes israéliens, des refuzniks israéliens, et des progressistes palestiniens, en mettant en première ligne de leurs considérations les intérêts conjoints des deux peuples, palestinien et israélien ?

Or , dans la tourmente quotidienne , il est aisé d’oublier que des jalons importants ont commencé de frayer une autre voie: celle ouverte par Yasser Arafat et Ytzhak Rabin, par les négociateurs de Taba, par l’accord de Genève. Les timides espoirs de paix actuels ne doivent pas une fois de plus être déçus.

  • Que penser de la montée de l'antisémitisme en France?

Les violences antisémites ont été multipliées par dix depuis 1992: 200 en 2004, niveau sans précédent. Les autres violences racistes et xénophobes par trois, atteignant 169 en 2004.

Il y a libération du geste et de la parole antisémites, et du racisme anti-maghrébin, anti-Noir. C'est très grave. Mais il n'y a pas antisémitisme de masse. L'extrême droite est toujours active (7% des violences), mais il y a apparition d'un antisémitisme de marginaux, de quelques franges intégristes musulmanes (38% des violences dues à des « jeunes des quartiers sensibles »). Il y a utilisation de la métaphore palestinienne, par des catégories laissées pour compte par le néo-libéralisme, pour exprimer un mal-être social profond, en identifiant « Juif », « israélien », « oppresseur ». Le soutien de la direction actuelle du CRIF à la politique israélienne aggrave les choses.Il y a des caractéristiques spécifiques de l'antisémitisme, mais il faut refuser la concurrence des victimes, mener de front les luttes contre tous les racismes, tout en refusant toute alliance avec quelque intégrisme que ce soit.

http://www.uneautrevoixjuive.fr

Pour signer le manifeste : courriel à tchapaiev@operamail.com

Chèques libellés à Soutien Autre Voix, adressés à P. Lederer, poste restante, Paris-Denfert Rochereau, 75014-Paris

Actions sur le document
Activités locales
vie-cl.jpg
carte-cl.jpg

liste-cl.jpg

« Décembre 2017 »
Décembre
LuMaMeJeVeSaDi
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Adhérez au MRAP

carte-adherent-portlet.jpg

Adhérez au MRAP

Différences
MRAP_DIFFERENCES_286-vignette.jpg
N° 286

Voir le sommaire


MRAP_DIFFERENCES_285-vignette.jpg
N°285

Voir le sommaire

Archives Différences

MRAP_DIFFERENCES_284-vignette.jpg
N°284

Archives

Mumia Abu-Jamal
Affiche-Mumia-Abu-Jamal.jpg
Vidéos

daylimotion.png

Canal vidéo du MRAP national

youtube.png

Canal vidéo de la Fédération des Landes

Si le canal vidéo de votre comité local ne s'affiche pas ici, contactez le siège du MRAP pour que nous insérons un lien ici