Aller au contenu. | Aller à la navigation


  Tout savoir sur le MRAP Communiqués officiels Activités locales Contact ENGLISH  
Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Contre le racisme sous toutes ses formes Roms Pas de réglementation d’exception à Nice !

Pas de réglementation d’exception à Nice !

— Mots-clés associés : , ,

Mardi 8 octobre, Christian Estrosi, Maire de Nice, a annoncé un arrêté municipal “pour permettre à la police municipale de contrôler les populations qui vagabondent”.

Par cette dénomination, C. Estrosi déclarait viser en fait les “campements illégaux” et les “personnes qui devraient être raccompagnées dans leur pays”. Il entend par là confondre en une même stigmatisation récurrente les « Voyageurs » - essentiellement des citoyens français depuis quelque quatre siècles et des Roms citoyens européens bénéficiant - comme tous les citoyens de l’Union Européenne -  de la liberté de circulation sur le territoire de l’Union. 

En outre, “Populations qui vagabondent” rappelle la grande peur des vagabonds, au début du 20ème siècle, qui fut à l’origine de lois comme celles qui discriminent, encore aujourd’hui, les Gens du Voyage et doivent impérativement être abrogées  : loi de 1969 « relative à l’exercice des activités ambulantes » et son héritage de la loi de 1912 sur « l’exercice   des professions  ambulantes et la  circulation des  nomades ».  Christian Estrosi, qui cultive l’amalgame, avait d’ailleurs proposé en juillet un mode d’emploi pour l’expulsion de ces derniers.

Après les propos du 24 septembre dernier du Ministre de l’Intérieur, selon lesquels les Roms « (…) ont des modes de vie extrêmement différents des nôtres et qui sont évidemment en confrontation (…) », ce qui « veut bien dire que les Roms ont vocation à revenir en Roumanie ou en Bulgarie (…) », ceux de Christian Estrosi sont une nouvelle manière de dénier à des citoyens européens le droit de vivre ici, tentant de légitimer ses propos par les mauvaises conditions de vie qui leur sont réservées.

Mais celles-ci ne sont que le résultat de la politique d’élus comme Monsieur Estrosi, qui s’insurge contre une circulaire, celle du 26 août 2012, rarement appliquée, qui appelle, conformément à une récente jurisprudence, à « assurer un traitement égal et digne de toute personne en situation de détresse sociale » par l’anticipation des expulsions et la recherche de solutions,  ainsi que la scolarisation de tous les enfants

L’instruction étant « obligatoire pour tous les enfants, français et étrangers, à partir de 6 ans et jusqu’à l’âge de 16 ans révolus », la scolarisation des enfants s’impose absolument quelle que soit leur origine ou les conditions de vie de leurs parents. Elle  est un droit et constitue un devoir légal qui s’impose à tous les maires.

Le MRAP condamne fermement la publication de l’ arrêté « anti-bivouac »  du maire de Nice qui constitue un « règlement d’exception ».

Paris, 10 octobre 2013.

 

logo-pdf.png Version PDF logo-pdf.png

Actions sur le document
Activités locales
vie-cl.jpg
carte-cl.jpg

liste-cl.jpg

« Septembre 2017 »
Septembre
LuMaMeJeVeSaDi
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930
Adhérez au MRAP

carte-adherent-portlet.jpg

Adhérez au MRAP

Différences
MRAP_DIFFERENCES_286-vignette.jpg
N° 286

Voir le sommaire


MRAP_DIFFERENCES_285-vignette.jpg
N°285

Voir le sommaire

Archives Différences

MRAP_DIFFERENCES_284-vignette.jpg
N°284

Archives

Mumia Abu-Jamal
Affiche-Mumia-Abu-Jamal.jpg
Vidéos

daylimotion.png

Canal vidéo du MRAP national

youtube.png

Canal vidéo de la Fédération des Landes

Si le canal vidéo de votre comité local ne s'affiche pas ici, contactez le siège du MRAP pour que nous insérons un lien ici