Aller au contenu. | Aller à la navigation


  Tout savoir sur le MRAP Communiqués officiels Activités locales Contact ENGLISH  
Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Contre le racisme sous toutes ses formes Un passé qui ne passe toujours pas à ne pas confondre avec de "l'incitation à la haine raciale"

Un passé qui ne passe toujours pas à ne pas confondre avec de "l'incitation à la haine raciale"

Elie Domota : Un passé qui ne passe toujours pas à ne pas confondre avec de " l'incitation à la haine raciale "

Le Parquet de Pointe à Pitre a annoncé, samedi dernier, l'ouverture d'une enquête judiciaire à l'encontre de Elie Domota, porte parole du LKP (Liyannaj Kont Pwofitasyon) pour " incitation à la haine raciale ".

Le MRAP s'étonne d'une telle démarche alors qu'elle ne s'applique pas aux policiers ayant proféré des injures racistes à l'encontre des manifestants.

Elie Domota avait en effet déclaré, jeudi 5 mars, sur " Télé Guadeloupe " à propos des patrons refusant d'appliquer aux bas salaires la hausse de 200 euros prévue aux accords signés par le gouvernement français: "soit ils appliquent l'accord, soit ils quitteront la Guadeloupe. Nous ne laisserons pas une bande de békés rétablir l'esclavage". C'est bien des " patrons békés " - c'est à dire descendants des colonisateurs des Antilles qui firent jadis régner l'esclavage - dont parlait Elie Domota et non de personnes qualifiées en fonction de leur couleur de peau.

Pour le MRAP ces propos ne relèvent donc pas de " l'incitation à la haine raciale " mais de la dénonciation d'une politique sociale aux relents colonialistes contre laquelle le peuple guadeloupéen s'est dressé depuis des semaines.

L'annonce de l'ouverture d'une enquête judiciaire à l'encontre de Elie Domota et la publicité qui en a été faite constituent une provocation à l'encontre du mouvement social tout entier qui s'est déroulé dans la dignité. Le MRAP l'a soutenu dès ses débuts et considère, avec Lilian Thuran que si " les békés sont montrés du doigt ", c'est bien en tant que ceux " qui détiennent le pouvoir financier alors que la population vit dans la misère " et que " la spécificité antillaise est liée à l'histoire : les békés sont les descendants d'esclavagistes, leur fortune vient de l'esclavage ".

Cette vérité historique est sans doute difficile à entendre, mais le rappeler ne saurait être considéré comme une " incitation à la haine raciale " mais comme un inéluctable devoir de mémoire auquel le MRAP est attaché.

Paris le 10 mars 2009

Actions sur le document
Activités locales
vie-cl.jpg
carte-cl.jpg

liste-cl.jpg

« Septembre 2017 »
Septembre
LuMaMeJeVeSaDi
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930
Adhérez au MRAP

carte-adherent-portlet.jpg

Adhérez au MRAP

Différences
MRAP_DIFFERENCES_286-vignette.jpg
N° 286

Voir le sommaire


MRAP_DIFFERENCES_285-vignette.jpg
N°285

Voir le sommaire

Archives Différences

MRAP_DIFFERENCES_284-vignette.jpg
N°284

Archives

Mumia Abu-Jamal
Affiche-Mumia-Abu-Jamal.jpg
Vidéos

daylimotion.png

Canal vidéo du MRAP national

youtube.png

Canal vidéo de la Fédération des Landes

Si le canal vidéo de votre comité local ne s'affiche pas ici, contactez le siège du MRAP pour que nous insérons un lien ici