Aller au contenu. | Aller à la navigation


  Tout savoir sur le MRAP Communiqués officiels Activités locales Contact ENGLISH  
Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil International Asie et Océanie Catastrophe humanitaire pour les civils tamouls du Nord du SRI LANKA

Catastrophe humanitaire pour les civils tamouls du Nord du SRI LANKA

A la suite du voyage que vient d’effectuer au Sri-Lanka M. Bernard Kouchner, ministre des Affaires Étrangères, le MRAP appelle le gouvernement français et l’Union Européenne à multiplier leurs efforts, au-delà des mots et des postures médiatiques, pour obtenir des forces belligérantes, un cessez-le-feu immédiat qui ouvre enfin la voie à une solution négociée et respectueuse des droits de tous les citoyens du Sri-Lanka, sous les auspices des Nations-Unies.

Le gouvernement français et l’UE doivent s’engager fortement pour un cessez-le-feu immédiat et ouvrir la voie à une paix négociée dans le cadre des Nations Unies

Les Nations Unies évaluent à au moins 6 500 le nombre des civils tués et à 13 000 ceux qui ont été blessés dans les combats sans merci qui font actuellement rage dans le Nord du Sri Lanka entre l’armée nationale et le LTTE -Tigres de Libération de l’Eelam (Patrie) Tamoul, mouvement qui prit les armes dès 1972 et n'hésita pas à utiliser les attentats-suicides.

Comme le rappelle le Mouvement International contre la Discrimination et le Racisme – IMADR (dont le MRAP est le membre français), « depuis la décolonisation de 1948, les nombreuses minorités ont été victimes – de la part de la majorité cinghalaise - de discrimination juridique, politique et économique ainsi que de violence raciste : déchéance de droits civiques des Tamouls des Hauts Plateaux ; politique linguistique du "Cinghalais seulement" ; émeutes anti-Tamouls de 1958, 1977 et 1983 ; discrimination dans l'accès aux terres de l'État et aux fonds de développement ; habitat, services de santé et éducation au rabais dans les Plantations etc. »

Une histoire longue de circulations de populations entre l’Inde et Ceylan, explique la grande diversité de peuplement de l’île. Celle, plus récente, des colonisations successivement en lumière, à l’instar du Rwanda, comment ont été créées et approfondies les divisions, les inégalités, les dominations et les haines ethniques qui, après le « pogrom noir » de 1983 alimentent l’actuelle tragédie sri-lankaise.

Le refus de l'égalité des droits par la majorité cinghalaise explique la création de partis séparatistes tamouls, puis de l'insurrection du LTTE, insurrection qui servit alors de prétexte au maintien des inégalités et discriminations. Dans cette guerre, tant l'armée sri-lankaise aux brutalités fascisantes que les Tigres tamouls violent les conventions internationales.

Encore aujourd'hui, cette politique discriminatoire, à l'origine de la guerre civile est défendue par les plus hautes autorités de l'État et réclamée et soutenue par le clergé bouddhiste. En septembre 2008 , le Général Sarath Fonseka, des forces armées gouvernementales, cité par l’IMADR, n’hésitait pas à déclarer : "Je suis fermement convaincu que ce pays appartient aux Cinghalais mais il y a des groupes minoritaires et nous les traitons comme étant des nôtres….Nous, majorité de ce pays à 75%, ne renoncerons jamais et nous avons le droit de défendre et de protéger ce pays…[Les minorités] peuvent vivre dans ce pays avec nous. Mais elles ne doivent pas essayer, sous le prétexte qu'elles sont des minorités, d'exiger des choses abusives". Quant au Ministre de l'Environnement et des ressources naturelles, M. Champika Ranawaka, n’avait-il pas déclaré le 16 octobre 2008 : "Les Cinghalais sont la seule race biologique(1) du Sri Lanka... ».

Plus de 50 000 civils restent actuellement piégés dans un petit réduit de la région Nord du VANNI : soumis à la conscription forcée du LTTE, ils lui servent de rempart contre les forces gouvernementales, et se trouvent privés de la liberté de circulation, soumis à des bombardements constants et manquent cruellement d'eau, de nourriture et de soins médicaux. Dans la zone « protégée », que le gouvernement dit avoir créée pour l’accueil des civils, l'armée sri-lankaise aurait utilisé l'artillerie lourde, frappant de manière aveugle des civils.

Paris, 30 avril 2009

_________________
1. Déclaration publiée dans le Daily Mirror, Colombo), 16 October 2008 : “South India has no moral right to criticize the war”, (http://www.dailymirror.lk/DM_BLOG/Sections/frmNewsDetailView.aspx?ARTID=29270)

Actions sur le document
Activités locales
vie-cl.jpg
carte-cl.jpg

liste-cl.jpg

« Mars 2017 »
Mars
LuMaMeJeVeSaDi
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031
Adhérez au MRAP

carte-adherent-portlet.jpg

Adhérez au MRAP

Différences
MRAP_DIFFERENCES_286-vignette.jpg
N° 286

Voir le sommaire


MRAP_DIFFERENCES_285-vignette.jpg
N°285

Voir le sommaire

Archives Différences

MRAP_DIFFERENCES_284-vignette.jpg
N°284

Archives

Mumia Abu-Jamal
Affiche-Mumia-Abu-Jamal.jpg
Vidéos

daylimotion.png

Canal vidéo du MRAP national

youtube.png

Canal vidéo de la Fédération des Landes

Si le canal vidéo de votre comité local ne s'affiche pas ici, contactez le siège du MRAP pour que nous insérons un lien ici