Aller au contenu. | Aller à la navigation


  Tout savoir sur le MRAP Communiqués officiels Activités locales Contact ENGLISH  
Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Tout savoir sur le MRAP Hommage rendu par le MRAP à Mouloud Aounit le 12 octobre 2012 : discours de Pierre Mairat, co-Président du MRAP

Hommage rendu par le MRAP à Mouloud Aounit le 12 octobre 2012 : discours de Pierre Mairat, co-Président du MRAP

Intégralité du discours.

 

Très Chère Annie, Très Cher Aurélien, Très Chère Manon, Amis et Camarades,


Mouloud nous a quitté.


Il y a une certaine incongruité pour moi qui représente ce soir le MRAP et tous ces militants, à prononcer cette petite phrase de 4 mots tant il est vrai qu’il est toujours présent dans nos cœurs et dans nos pensées.


Cette salle comble en témoigne !


Mouloud, mon (notre) ami, mon (notre) camarade, mon (notre) frère de combat, tu avais le goût des autres et les autres, tous les autres, ceux qui croyaient au ciel, comme ceux qui n’y croyaient pas, te le rendaient bien.


Les dizaines et dizaines de messages de tristesse mais aussi d’amitié, de fraternité, que nous avons reçus au MRAP émanant aussi bien de militants, de personnalité, de simples quidams attachés à ta personne ou à ton combat, comme d’associations, ou de partis politiques de tous horizons, en attestent.


Car par delà les désaccords que tu pouvais avoir avec les uns ou avec les autres, la force de tes convictions, la passion de la justice qui t’animait, la pugnacité que tu déployais pour vaincre la bêtise, l’intolérance, la haine, inspirait à tous respect et considération.


Il faut dire Mouloud que tu le méritais bien …


Toujours à l’écoute de ceux qui venaient t’exposer leurs souffrances, les sans-papiers, les sans-emplois, les sans-droits, les sans-logements, les sans-voix.


Tu t’appropriais leur misère, leur détresse, que tu restituais dans l’analyse et l’action politique.


Avec passion, détermination et opiniâtreté, tu combattais à leurs côtés, te faisant l’écho de leur souffrance comme si à chaque fois ta vie en dépendait, car bien souvent leur vie en dépendait.


Avec ton sourire lumineux et généreux, tu redonnais espoir, tu insufflais l’optimisme, tu créais des liens indéfectibles avec « l’autre ».


On a mené bien des combats ensemble, bien souvent pour le meilleur mais toujours solidaires.


Aurélien et Manon, il faut que je vous avoue quelque chose. Votre père et moi-même avons été trainés devant le Tribunal Correctionnel.


Il s’agissait d’une jeune femme algérienne qui avait été roulée dans la farine par un député sans scrupule, sans état d’âme, qui lui avait promis monts et merveilles si elle participait à sa campagne électorale, ce qu’elle avait accepté de faire contre une juste rémunération de son travail, ainsi qu’un titre de séjour pour elle et pour son fils, promesse qu’il n’avait pas tenue une fois élu.


Il a commencé par la négociation parce que Mouloud défendait avant tout l’intérêt de la jeune Fatima et que la négociation aurait pu mener rapidement au règlement de ces problèmes. Devant le cynisme de cet homme politique qui avait promis à Mouloud qu’il serait présent sur le tarmac pour voir décoller l’avion qui ramènerait Fatima en Algérie, le sang de Mouloud n’a fait qu’un tour: conférences de presse, télévisions, radios, presses écrites, etc…


Une défense absolue, sans concession contre les puissants lorsqu’il s’agissait de lutter contre une injustice et toujours cette capacité à revenir aux fondamentaux: exiger la régularisation des sans papiers, le droit de vote aux étrangers vivant sur le sol français... Ils ne s’y sont pas trompés lorsque la coordination nationale des sans papiers en lutte t’a dédié la manifestation du 1er septembre dernier.


L’épilogue de l’affaire c’est que Mouloud a obtenu sa régularisation, l’a accompagné devant les juridictions prud’homales pour obtenir les salaires qui n’avaient été payés.


Et pour finir une relaxe grâce à nos avocats Didier SEBAN et Jean-Louis LAGARDE et comme il y a quelques fois une morale, ce député fraîchement élu a été invalidé par le Conseil Constitutionnel pour dépassement de comptes de campagne.



Quelles sont les circonstances, les rencontres qui ont façonné la personnalité si attachante de Mouloud ?


Son origine algérienne, son enfance à Aubervilliers, l’exemple de son père qui lui a transmis très tôt cette capacité qu’il avait à s’indigner devant des situations injustes, son instituteur communiste la fréquentation de la MJC, les centres de vacances, la rencontre avec Annie, son épouse...


Tout cela, à n’en pas douter, y a très certainement contribué. Mais deux rencontres majeures ont particulièrement compté pour celui qui allait devenir pendant 20 ans secrétaire général puis président du MRAP.


La 1ère rencontre est celle avec le regretté Albert LEVY, qui a toujours été jusqu’au bout sa référence, un maître à penser pour Mouloud, selon sa propre expression.


« Hier, comme aujourd’hui, disait-il, jamais les leçons d’Albert ne m’ont quittées . C’est à lui que je dois mon engagement lorsque ce dernier avait confié en 1983 le suivi pour cette marche de l’égalité en réactions aux violences racistes dont les enfants issus de l’immigration étaient victimes ».


La 2ème rencontre, c’est celle de notre ancien président fondateur du MRAP, Charles PALANT, représentant le MRAP au sein de la Commission consultative de droits de l’Homme depuis plus de trente ans et dont il n’est plus nécessaire de rappeler les engagements de toute une vie, pour lequel Mouloud avait un respect immense, de la gratitude et une profonde amitié.


Nos ainés, Charles PALANT, Albert LEVY avec d’autres, qui des résistants, qui des juifs, qui des déportés, ou qui des trois à la fois se sont réunis en 1949 au cirque d’hiver, à quelques dizaines de mètres de cette salle, pour fonder le MRAP et former main dans la main un immense cercle, en criant « Plus jamais ça ! ».


On ressent douloureusement aujourd’hui à quel point ce message, cette mobilisation, ce cri est plus que jamais d’actualité. Jamais depuis la seconde guerre mondiale nous n’avions assisté à l’assassinat d’enfants, pourchassés dans une école confessionnelle, massacrés au seul motif qu’ils étaient nés juifs.


Mouloud avait l’habitude régulièrement de citer la lumineuse pensée d’Albert Camus : « Mal nommer les choses, c’est ajouté du mal au malheur du monde ».


Ce renouveau de l’antisémitisme doit être impérativement analysé et combattu sans relâche.


Toujours grâce à nos aînés, il a été décidé en 1977, tout en conservant l’acronyme MRAP, de substituer à la dénomination de Mouvement contre le Racisme et l’Antisémitisme et pour la Paix, celle de Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples.


Ce faisant, le MRAP posait les bases d’un principe philosophique dont il ne s’est plus jamais départi.


Il n’y a pas de races mais une seule espèce : l’espèce humaine


et son corollaire :


le caractère universel et indivisible du combat antiraciste.


C’est encore Mouloud qui avait fait sienne la réflexion d’Albert LEVY au combien d’actualité :


« toute concession faite à un racisme de quelque nature qu’il soit entretient et alimente toutes autres formes de racisme »


Le MRAP, qui avait alors placé l’universalité au cœur de son combat antiraciste, avait trouvé celui qui pendant plus de 20 ans allait l’incarner.


Adhérant au MRAP, à l’âge de 24 ans, Mouloud, s’est rapidement imposé comme un leader.


Président de la fédération 93, puis secrétaire du Mouvement en 1989, il devient Président en 2004 et par ovation à l’unanimité des congressistes du MRAP Président d’Honneur en 2011.


Mouloud, Il serait bien trop long aujourd’hui de lister l’ensemble des luttes que tu as menées durant ces 35 années de militantisme, depuis la marche des beurs de 1983 à laquelle tu as participé au nom du MRAP pour l’égalité en réaction à la violence raciste dont les enfants issus de l’immigration étaient victimes, jusqu’à la lutte contre l’antisémitisme, contre sa forme la plus sophistiquée : le négationnisme, tu avais été le premier à réagir contre les écrits négationnistes de Faurisson, de Garaudy en passant par Mumia Abu Jamal, que l’on surnommait la voix des sans-voix, incarcéré depuis plus de 25 ans dans les couloirs de la mort, à qui tu as rendu visite, en compagnie de ton interprète particulière, Angela Davis.



Tu t’es battu avec passion, avec générosité, sans compter ton temps, sans compter tes soirées, sans compter tes week-ends, avec les militants du MRAP que tu dynamisais par ton enthousiasme, avec tes amis, avec ton ami Michel TUBIANA, Président de la Ligue des Droits de l’Homme, côte à côte pour que soit enfin accordé à tous les étrangers vivants sur le sol français un droit de vote, bien sûr sans oublier, toi qui n’était pas religieux, la dénonciation de l’islamophobie montante, concept nouveau du racisme né de la honteuse théorie du choc des civilisations, exacerbé par toutes les droites extrêmes.


Rien ne t’arrêtait, rien ni personne, même ceux qui te traitaient de marionnette juive, parce que tu t’étais enchaîné à l’ambassade d’Iran pour protester contre les exécutions programmées d’intellectuels juifs, ni ceux qui te traitaient d’antisémite, parce que tu défendais la position du MRAP sur le conflit au Proche-Orient.


L’injustice te hérissait, qu’elle frappe un individu ou qu’elle frappe un peuple. Tu défendais le principe universel reconnu à tous les peuples sans aucune exception du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.


Sans que tu hiérarchises les victimes ou les combats que tu menais un te tenait particulièrement à cœur. La reconnaissance du crime d’état du 17 octobre 1961 perpétré par les forces de l’ordre sous l’autorité de Maurice PAPON, Préfet de Police de Paris, de plus de 300 personnes que l’on appelait alors les « français musulmans d’Algérie ».


La présence aujourd’hui de Jean-Luc EINAUDI que je salue témoigne s’il en était encore besoin de la formidable énergie que tu as déployée depuis de très longues années pour exiger l’ouverture des archives et la reconnaissance de cette « ratonnade ».


Jean-Luc EINAUDI se rappelle que c’est à ton initiative et à celle de Gérard BOULANGER qu’il est allé témoigner à Bordeaux au procès de Maurice PAPON pour dire ce qu’avait été ce massacre du 17 octobre 1961 et l’écrasante responsabilité de celui qui était alors jugé pour des crimes contre l’humanité : la séquestration et déportation des juifs.


Nous tous pourrions témoigner de ta pugnacité de ton courage de ta volonté inextinguible de mener ce combat pour la dignité humaine pour la mémoire pour la lutte contre le racisme pour l’amitié entre les peuples.


Même ta terrible maladie n’a pu te faire renoncer à tes combats et à tes engagements, que tu as menés jusqu’au bout de tes forces, au côté de ton épouse, de tes enfants, de tes proches, de tes amis.


Ton incroyable énergie restera à jamais gravée nos mémoires et dans nos cœurs.


Nos pensées iront vers toi lorsque tous les sans-papiers seront régularisés, lorsque les étrangers vivant sur le sol français pourront voter.


Nos pensées iront vers toi lorsque Mumia Abu Jamal aura recouvré la liberté.


Nos pensées iront vers toi lorsque l’état palestinien existera enfin à côté de l’état israélien, lorsque les libertés fleuriront à Téhéran.


Nos pensées iront vers toi lorsque la France reconnaîtra le massacre du 17 octobre 1961.


Nos pensées iront vers toi à chaque fois que la liberté, la justice, le droit triompheront de la bêtise, de l’intolérance et de la haine.


Merci Mouloud d’avoir participé à éveiller les consciences de ce pays, merci Mouloud d’avoir contribué autant que tes forces le pouvaient à l’émancipation collective de notre société, merci Mouloud d’avoir porté les valeurs du MRAP au cœur de l’universel.




Actions sur le document
Activités locales
vie-cl.jpg
carte-cl.jpg

liste-cl.jpg

« Juin 2018 »
Juin
LuMaMeJeVeSaDi
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930
Adhérez au MRAP

carte-adherent-portlet.jpg

Adhérez au MRAP

Différences
MRAP_DIFFERENCES_286-vignette.jpg
N° 286

Voir le sommaire


MRAP_DIFFERENCES_285-vignette.jpg
N°285

Voir le sommaire

Archives Différences

MRAP_DIFFERENCES_284-vignette.jpg
N°284

Archives

Mumia Abu-Jamal
Affiche-Mumia-Abu-Jamal.jpg
Vidéos

daylimotion.png

Canal vidéo du MRAP national

youtube.png

Canal vidéo de la Fédération des Landes

Si le canal vidéo de votre comité local ne s'affiche pas ici, contactez le siège du MRAP pour que nous insérons un lien ici